Jardin japonais (partie 1)


Jardin japonais: partie 1, partie 2, partie 3, partie 4.

  • Jardin japonais dans le genre du haïku
  • Jardin japonais miniature
  • Sakutei-ki

Jardin japonais dans le genre du haïku

Sur les fleurs de cerisier
Caché derrière les nuages
Lune modeste.

Base Matsuo (1644-1694),
traduction par Vladimir Sokolov

«Un jardin japonais peut être comparé à un poème de haïku. Il réduit la complexité du monde naturel à son essence dans le jardin. "1, a déclaré le paysagiste californien Mark Bourne, qui utilise des plantes indigènes dans le jardin d'une manière qui capture la sensation de "Wabi" - l'atmosphère poétique de solitude qui caractérisait la culture du jardin de thé ("Tyaniva") période du XVIe siècle. Salons de thé - «Chashitsu» à cette époque, ils étaient situés en dehors des villes et supposaient une évasion de l'agitation de la vie citadine et de la solitude à la campagne. Cette tradition est préservée et maintenue au Japon à ce jour. Les invités invités à la cérémonie du thé commencent leur voyage vers la maison de thé le long d'un chemin fait de pierres (Roji), qui conduit progressivement l'invité à la maison de thé, où le propriétaire préparera et servira le thé selon les règles strictes de la cérémonie du thé.

Le jardin de thé japonais idéal est visible à travers la fenêtre dans le cadre et l'extension de la maison de thé ou du pavillon. Les personnes qui s'y trouvent, en sirotant un thé, se détendent à table dans la salle intérieure ou dans un fauteuil sur la véranda couverte. Vous pouvez obtenir un plaisir esthétique en regardant à travers la fenêtre d'un jardin japonais par tous les temps et à tout moment de l'année, car les jardins japonais sont conçus de manière à ce que leur composition prenne en compte le changement des saisons.

Les jardins de thé varient en taille et ce qu'il y a à l'intérieur du jardin. Selon le désir et les possibilités, le jardin peut contenir des arbres, des fleurs, des plantes vertes, des cascades artificielles, des ruisseaux, des pierres situées séparément ou d'énormes rochers. Cependant, un jardin de thé peut être créé à des coûts très modestes et dans une très petite zone, et ces jardins modestes nécessitent un entretien minimal. Si vous le souhaitez, vous pouvez créer un beau jardin japonais dans les conditions exiguës d'un environnement urbain, sur un petit balcon d'un appartement de ville, sur un rebord de fenêtre et même sur un bureau. Si vous choisissez un point de vue avec succès, vous pouvez obtenir l'effet d'être dans un jardin japonais et vous ressourcer avec son énergie vitale après l'agitation et le stress dont notre vie est pleine.

Jardin japonais miniature

En parcourant de vieux magazines, dans le numéro d'octobre 1930 du magazine américain Popular Mechanics, je suis tombé sur un article de Bob Hartley sur comment créer soi-même un jardin japonais miniature... J'ai aimé l'idée. Je pense que tous ceux qui rêvent aussi de leur jardin japonais unique, mais n'en savent rien ou ne disposent pas d'un terrain approprié pour aménager un tel jardin grandeur nature, seront attirés par l'idée de créer un jardin japonais miniature mais véritable avec des plantes vivantes et un véritable étang, qui devra être entretenu de la même manière qu'un jardin japonais grandeur nature.

Une solution alternative serait de créer un jardin japonais en utilisant des objets artificiels: bonsaï artificiel, buissons artificiels miniatures, fleurs, pierres et sable. Si quelqu'un est attiré par l'idée d'un jardin miniature, vous pouvez utiliser les figurines et les composants des différents modèles de rocaille japonaise disponibles dans le commerce.

L'essentiel est que le jardin que vous allez créer ne doit pas laisser l'impression de figures, de pierres et de plantes collectées de manière chaotique qui ne s'harmonisent pas en taille et en proportions, ce que les Japonais apprécieront comme un faux vulgaire, et un tel jardin est peu probable Aidez-nous à nous connecter à l'atmosphère de détente et de perception de la beauté, certes miniature, mais véritable jardin japonais.

Par conséquent, avant de commencer à créer un tel jardin japonais miniature, vous devez imaginer ce qui est investi dans le concept de «jardin japonais», de quels éléments il se compose et quels sont les principes de sa composition.

Sakutei-ki

Au fond d'un cœur solitaire
Je sens que je dois mourir
Comme une goutte de rosée pâle
Sur l'herbe de mon jardin
Dans les ombres de plus en plus profondes du crépuscule
2
Mme Casa (VIII siècle)

L'empereur chinois Ying Zheng Qin Shi Huang (259-210 av.J.-C.) est entré dans l'histoire en tant que dirigeant du premier État chinois centralisé, sous lequel la Grande Muraille de Chine et un immense complexe funéraire avec la célèbre "armée de terre cuite" devaient accompagner le empereur dans l'au-delà après sa mort. Son nom est associé à la naissance de la peinture de paysage chinoise et à la création de complexes de palais entourés de parcs paysagers, représentant dans une taille réduite tous les coins des vastes domaines du premier empereur chinois.

Sous le règne de Qin Shi Huang, un art particulier est né «Penjin» - création de modèles de paysages miniatures. Au cours des siècles suivants, l'art de créer des compositions naturelles miniatures à partir de pierres, de sable et de plantes s'est développé. Au cours de cette période, la formation de diverses directions et écoles de ce type d'art a commencé, qui s'est poursuivie au Japon, où, sur la base des connaissances apportées de Chine sur la création d'un environnement harmonieux et de modèles miniatures de "penzhin", de nouvelles directions sont apparues. , qui diffèrent dans la technique et les méthodes d'affichage des paysages naturels, tels que le bonsaki, le suiseki, le saikei, le bonkei et le bonsaï.

Les premiers jardins sont apparus au Japon lors de la construction de grands tumulus funéraires, appelés Kofun (300-552).3... Dans la région d'Asuka, dans la préfecture de Nara, lors de fouilles archéologiques, des ruisseaux artificiels et des étangs formés de galets et de pavés ont été découverts, construits par des artisans chinois et ressemblant à de grands jardins chinois avec des étangs. Dans la période suivante de Nara (710-784), il y a de plus en plus de tels jardins et, très probablement, des maîtres locaux ont commencé à les créer. Les jardins de cette période se distinguaient par des lignes plus douces des berges des ruisseaux et des étangs, les berges des étangs n'étaient pas renforcées par des murs de pierre, mais avaient des bas-fonds sinueux et des plages de galets. Ces dernières années, deux jardins de cette époque ont été restaurés dans la ville de Toin, préfecture de Mie et dans le complexe du palais de l'ancienne capitale du Japon, Heidze-Ke (8ème siècle). L'âge d'or des jardins japonais aristocratiques, lorsque le développement de l'architecture des jardins atteignit son apothéose, tombe sur la période Heian (794-1185), dont le nom peut se traduire par «calme, paix». Le plus ancien manuel de jardinage "Notes sur l'organisation des jardins" appartient à cette période - «Sakutei-Ki», mieux connu en russe sous le nom de «Traité de jardinage» ou «Le livre secret des jardins». Ce traité n'a pas perdu sa signification à l'heure actuelle.

Et presque tous les auteurs qui ont écrit sur les jardins japonais par la suite se réfèrent à ce traité. L'orthographe "Sakutei-Ki" est traditionnellement attribuée à Tachibana Toshitsuna (1028-1094). Malgré le fait que cette période a été marquée par la construction d'un grand nombre de temples bouddhistes et une augmentation du nombre de pratiquants du bouddhisme parmi la population du Japon, à Sakutei-Ki, la croyance shintoïste selon laquelle tous les objets sont des êtres sensibles est appliquée à la composition du jardin. Ce concept, caractéristique de la période Heian, est appelé "Mono no avare", qui se traduit littéralement par «pathos des objets». «Mono no avare» peut également être traduit par «conscience de la fugacité», «sentiment de fugacité». L'état qui correspond à un tel sentiment peut être décrit comme une joie amère que tout soit éphémère, ainsi que de la tristesse et le désir que tout soit transitoire. Ce sentiment, il me semble, a été transmis avec sensibilité par la poétesse du début du 8ème siècle Kasa no Iratsume, également connue sous le nom de Lady Kasa, qui a écrit des poèmes dans le style waka, un genre japonais de paroles d'amour populaire au Japon médiéval.

La connaissance et l'utilisation du waka dans la correspondance était un indicateur de l'éducation et du goût de l'élite éclairée de l'ère Heian. Quel que soit l'auteur du traité Sakutei-Ki, on peut dire de lui que, comme Mme Kasa, il n'était probablement pas un jardinier, mais un courtisan ou un noble très instruit. Le traité explique comment créer un bon jardin, les méthodes et les règles d'organisation des jardins. Bon nombre des concepts présentés dans le traité sont tirés de livres chinois sur le jardinage et l'horticulture. Cependant, les différences caractéristiques de l'art des jardins japonais apparaissent déjà. Par exemple, en répétant les règles de la science chinoise de l'harmonie avec l'environnement Feng Shui, qui est essentiellement la pratique taoïste de l'exploration spatiale symbolique, l'auteur du traité propose des solutions alternatives. Selon l'auteur, neuf saules peuvent remplacer une rivière et trois cyprès peuvent remplacer une colline. L'auteur estime que si les règles métaphysiques sont déraisonnables et limitent le créateur du jardin, elles peuvent être remplacées par des règles plus simples et plus flexibles. Cette approche est typique du Japon, lorsque les idées empruntées dans d'autres pays sont modifiées pour qu'elles correspondent aux Japonais et se fondent harmonieusement dans la culture japonaise.

Lire dans la deuxième partie de l'article:

  • Éléments de jardin japonais
  • Principes de composition
  • L'espace et le temps

Zarine Arushanyan, Erevan


1 Chadine Flood Gong, Lisa Parramore, Svein Olslund, Vivre avec des jardins japonais
2 Traduit par Arushanyan Z.L.
3 Patrick Taylor, le compagnon d'Oxford au jardin


Célèbres jardins de rocaille [modifier | modifier le code]

Jardin de Ryёanji [modifier | modifier le code]

L'un des jardins de rocaille les plus célèbres est le jardin des quinze rocailles du temple Ryan-ji. Le jardin a été construit en 1499 par le maître Soami (japonais 相 阿 弥, mort en 1525). Ces jardins sont caractéristiques de nombreux temples bouddhistes zen et shingon au Japon.

C'est une petite zone rectangulaire (d'est en ouest - 30 m, du sud au nord - 10 m), recouverte de gravier blanc. Il y a 15 pierres brutes noires sur le site, elles sont organisées en cinq groupes. De la mousse verte est plantée autour de chaque groupe comme cadre. Le gravier est "peigné" avec un râteau dans de fines rainures. Sur trois côtés, le jardin est clôturé par une basse clôture en pisé.

De quelque point de vue que le visiteur du jardin voit cette composition, la quinzième pierre est toujours hors de son champ de vision, enfermée par d'autres pierres. Parfois, cependant, on a l'impression que 15 pierres sont visibles, car les pierres individuelles, en raison de leur forme irrégulière, sont perçues comme deux. Vous ne pouvez observer pleinement toutes les pierres qu'en planant dans les airs au-dessus du jardin et en le regardant d'en haut. On pense que seul «celui qui a atteint l'illumination» peut voir les 15 pierres.

Le jardin fait partie du complexe du temple, vous ne pouvez donc vous en approcher qu'après avoir traversé le temple et le contempler - uniquement sur la véranda du temple.

En Russie [modifier | modifier le code]


Projet de jardin

Le jardin commence par un projet. Lors de sa création, l'emplacement du site, sa taille et sa forme, son objectif ainsi que le style de la composition doivent être pris en compte. Considérons l'une des options de manière séquentielle.

Le territoire du site destiné au jardin est appliqué à l'esquisse, l'emplacement du jardin par rapport aux points cardinaux est déterminé, tous les éléments du site et autour de lui qui seront inclus dans l'exposition sont montrés, et le les principaux points de vue du jardin sont marqués. Ensuite, une grille de neuf rectangles est dessinée. Quatre points centraux - les points d'alimentation sur l'un d'eux devraient être l'élément dominant du jardin, par exemple une grosse pierre.

Le jardin est divisé en deux parties. Pour augmenter visuellement la taille du jardin, la partie principale est placée le plus loin possible du point de vue principal. La pierre, citée juste ci-dessus à titre d'exemple, est positionnée dans la partie principale du jardin, en un point central, et installée avec une façade vers le point de vue principal. Pour l'équilibre, deux pierres plus petites sont placées au point central en diagonale par rapport à la pierre principale.

La partie principale du jardin est remplie de plantes et l'autre partie est laissée libre pour créer du contraste. Le placement correct des plantes et autres éléments dans la partie principale du jardin est obtenu en utilisant la méthode de modélisation. A cet effet, des maquettes spécialement conçues d'arbres et d'arbustes, de divers éléments du jardin, de forme et de couleur proches de la nature. Tout cela est placé sur un modèle en relief, recouvert d'une couche de pâte à modeler, afin que les modèles tiennent bien, mais ils peuvent être facilement déplacés au besoin. En plaçant des éléments de jardin sur la mise en page, il est facile d'analyser l'exactitude de la solution de composition. Ayant trouvé la meilleure option, ils réalisent le projet sur papier.


Contenu

La signification principale d'un jardin japonais est la solitude humaine avec la nature. Pour créer votre propre jardin japonais, vous devez suivre plusieurs règles - vous devez utiliser tous les matériaux du site dans un format miniature: recréer des roches miniatures, des arbres miniatures et des plans d'eau. Tout cela donne l'impression d'une augmentation de l'espace. Il existe trois styles de composition de jardin:

  1. Style Shin
  2. Style donc
  3. Le style de Gio

Et ces compositions peuvent être faites comme un jardin vallonné ou comme un jardin plat.


Jardins botaniques de Moscou - parcs verts de la capitale

Le principal jardin botanique de Moscou est situé dans le quartier Ostankino de la capitale sur le territoire du parc Ostankino de la culture et du repos. Son nom officiel est le principal jardin botanique de l'Académie des sciences de la Fédération de Russie du nom de N.V. Tsitsin. C'est le plus grand d'Europe, avec la plus riche collection de plantes en terrain ouvert et clos, comptant plus de 17 mille espèces et variétés.

En 2014-2015, le territoire de VDNKh a été relié au jardin botanique et au parc Ostankino. Pour cela, la clôture de séparation entre VDNKh et le jardin botanique a été démantelée et les guichets à l'entrée du jardin ont été fermés. Pour aller de parc "Ostankino" une porte a été ouverte sur le territoire du jardin botanique sur le pont au-dessus de l'étang séparant le jardin.


Voir la vidéo: Temple japonais tuto build partie 1Japanese garden -Adopt me


Article Précédent

8 maladies et 7 ravageurs des carottes

Article Suivant

8 maladies et 7 ravageurs des carottes